Ngai na tambolaki – Blaise N. Sakila

Il me manque quelques mots (le second paragraphe) de ce merveilleux chant de Blaise N. Sakila; quelqu’un les connait-il? Au départ, c’est ma cousine Fifi Belade Phongo qui me l’avait appris. J’étais encore a l’école secondaire… que de beaux souvenirs :-)Bibiche elle a appris la chanson au Lycée de Kimwenza ou elle étudiait.

===

Ngai na tambolaki mokili epai na epai
koluka bomengo
na kotaki ba ndako, lisanga ya ba nganga
na bebisaki bolenge na ngai

kimia ekimaki ngai
na butu…

kitoko ya mokili
ebataki ngai miso
kasi etondisi motema na ngai te

kati ya butu na ngai
na moni mwind’epeli
kimia ekiteli ngai

kolo Yesu Masia
asimbi ngai loboko
akangoli ngai

yango nakoyemba
na sengi yo mbongo te
lokumu to kitoko te
tambola se pembeni na ngai
na yeba ko tosa kombo na yo

na salela mokili te
nzoto to moyini te
simba nagi makasi Kolo Yesu
motema ma bolembu mingi

soki otiki ngai Yawe papa
nani lisusu ako kamba ngai
na luki mokili mobimba na moni te
Nzambe se yo

na bandi pepo pepo <>
na nzela ya lola
esengo na motema

sima satana ayaki
ko meka ngai motema
ngai na tika Yesu Kristo

alobi na ngai
yasolo yo obeteli
losambo ezongisi yo sima

baninga ba ke poto
bazui mbongo molato
yo oko kufa se pamba

na mitali na bangi
na miyokeli mawa
na tomboli miso likolo
yawe alakisi ngai
elamba ya bomoyi
kitoko koleka
nionso ya se

yango nakoyemba
na sengi yo mbongo te
lokumu to kitoko te
tambola se pembeni na ngai
na yeba ko tosa kombo na yo

na salela mokili te
nzoto to moyini te
simba nagi makasi kolo yesu
motema ma bolembu mingi

soki otiki ngai yawe papa
nani lisusu oyo ako kamba ngai
na luki mokili mobimba na moni te
nzambe se yo

Que faire des huiles moteurs usagées

Il me semble que les huiles moteurs ou hydrauliques usagées posent un tres gros probleme environnemental a Kinshasa. Déjà une petite quantité d’huile ‘pure’ peut contaminer d’enormes quantites d’eau souterraine. Les huiles usées -provenant des vidanges des moteurs, des transmissions hydrauliques ou de certaines industries – contiennent des additifs et sont contaminées par des impuretés provenant du processus de combustion. Dans les huiles de vidange des moteurs et des transmissions hydrauliques on va ainsi retrouver des métaux lourds comme le plomb (Pb) ou le cadmium (Cd), mais aussi des composés hydrocarbonés poly-aromatiques (PAH; Poly-Aromatic Hydrocarbons) ainsi que des polychlorobiphenyles – produit courant dans les huiles des transformateurs électriques qui, parait-il, font certains des meilleurs beignets de Kin la Belle – (PCB; Poly-Chloro Biphenyls). Tous ces produits, sans exception, sont extrêmement toxiques et cancérigènes.

Des quantités énormes de ces déchets sont générés quotidiennement a Kinshasa. Ou finissent-elles? Faute de réglementation ou a défaut de l’appliquer -administration?-, ces huiles finissent dans les rigoles, les poubelles, les cours d’eau, ou bien sont utilisées pour protéger le bois des charpentes des maisons en construction ou pire par les menuisiers pour protéger des ouvrages de consommation comme tables, chaises, lits, etc. J’ai aussi entendu dire que certaines personnes les vident dans les toilettes pour stopper les remontées des mauvaises odeurs (???). Tout ceci représente pour moi une catastrophe écologique innommable.

Le fait que ces huiles soient générées en petites quantités a différents endroits (maisons, garages, ateliers, industries, mines, etc.) – par opposition a de grandes quantités qui seraient générées en un nombre très limites d’endroits) rend tout contrôle éventuel très difficile. C’est pour cela qu’il faudrait baser toute politique de contrôle sur une mesure contraignante pour les producteurs et vendeurs a collecter les produits usages et les recycler. Il faudrait aussi encadrer les usages de récupération des huiles usées. Par exemple, s’il est vrai qu’elles peuvent être utilisées comme combustibles (elles gardent en effet un bon pouvoir calorifique) (applications; cimenteries, bouteilleries, etc.) mais la température de combustion devraient être élevée (> 1200 degrés celsius) pour minimiser les émissions de fumées et un mécanisme de récupération post-combustion en place pour éviter l’éjection de certains produits toxiques dans les gaz rejettes dans l’atmosphère.

Dans la mesure de mes connaissances, le ratio Recycle / Rejette dans l’environnement est encore trop faible a Kinshasa, faute d’action. En ce jour mondial de lutte contre le cancer, mon coeur a des raisons d’être dans la tristesse pour Kinshasa.

Journee internationale de la lutte contre le cancer

Aujourd’hui – journee internationale de lutte dontre le cancer